قديم 07-27-2013, 12:34 AM   #1
-||[عضو نادي الامرآء]||-
 
الصورة الرمزية د/روليان غالي
 
تاريخ التسجيل: Aug 2012
الدولة: بلاد العرب أوطاني من الشام لبغدان ومن نجد الى يمن الى مصر فتطوان.."Holy land"..من المحـيط الى الخليج
العمر: 33
المشاركات: 17,075
مقالات المدونة: 5
معدل تقييم المستوى: 25
د/روليان غالي will become famous soon enough
La hiérarchie des savants (مراتب العلماء)





La hiérarchie des savants
(Partie 1)

Nous avons pour usage pour les questions touchant à la religion aussi subtiles soient-elles, d’y adhérer pleinement, sans les confronter les unes aux autres ni de faire du parti pris en faveur d’une tendance quelconque.

Nous nous *******ons de donner raison à chacune d’entre elles pour les points où elles sont conformes à la vérité, et de leur donner tort quand elles se trompent. Nous ne faisons exception dans ce principe à aucune tendance ni aucune opinion. Nous espérons qu’Allah nous maintienne sur cette voie à la vie à la mort, et jusqu’au jour où nous reviendrons vers Lui. [Ibn el Qaïyim dans el tarîq el hijrataïn (p. 393).]

Louange à Allah le Seigneur de l’Univers ! Que les Prières et le Salut d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur ses proches et tous ses Compagnons !

Les catégories de savants ayant été influencées par le kalâm

Ibn Taïmiya établit que les négateurs, toutes tendances confondues, n’ont pas tous le même niveau de connaissance. Ce dernier les classe en plusieurs catégories :

Primo : certains n’ont pas une grande expérience des questions rationnelles, et se ************nt de prendre pour argent comptant les idées qu’on leur distille, et qu’ils voient comme des preuves incontestables. Ils n’ont pas cette autonomie intellectuelle qui leur ferait avoir du recul par rapport à ces questions. En réalité, ils sont de simples suiveurs, malgré leur bagage, et n’ont pas la capacité d’utiliser à bon escient les textes du Coran, de la sunna et des paroles des anciens allant à l’encontre de leur crédo. Ils pensent qu’ils vont dans le même sens, et quand ils leur posent problèmes, ils s’en détournent purement et simplement, en remettant leur sens au Très-Haut, par le biais du tafwîdh.

Dans cette catégorie, nous avons : Abû Hâtim el Bustî (m. 354 h.), le mu’tazilite Abû Sa’d e-Sammân (m. 445 h.), Abû Dharr el Harawî (m. 434, 435 h.), Abû Bakr el Baïhaqî (m. 458 h.), el Qâdhî ‘Iyâdh (m. 544 h.), Abû el Faraj ibn el Jawzî (m. 597 h.), Sharaf e-Dîn el Maqdisî (m. 611 h.), etc.

Secundo : certains font des efforts d’interprétation dans les questions rationnelles, bien qu’ils commettent des erreurs, comme n’importe qui d’autre. Ils associent leur voix aux jahmites dans certains fondements erronés. Or, contrairement à la catégorie précédente, ils n’ont pas le bagage scientifique suffisant pour les éclairer ; ils n’ont pas une grande connaissance des opinions des anciens et des grandes références traditionalistes sur ces points. Cela ne les empêche pas de connaitre de nombreux recueils de hadith par cœur (sans les chaines narratives), comme Bukhârî et Muslim.

Dans cette catégorie, nous avons ibn Hazm (m. 456 h.), Abû el Walîd el Bâjî (m. 474 h.), el Qâdhî Abû Bakr ibn el ‘Arabî (m. 543 h.) et tant d’autres. leurs ancêtres (qui avaient le même profil) étaient Bishr el Mirrîsî (m. 218 h.), Mohammed ibn Shujâ’ e-Thaljî (m. 266 h.), etc.

Tercio : certains ont connaissance des hadîth et des annales des anciens ; ils encensent la voie des prédécesseurs, bien qu’ils associent également leur voix aux mutakallimîn et aux jahmites dans certains fondements erronés. Ils ne sont pas aussi versés dans la science religieuse (Coran, sunna, annales des anciens) que les grandes références traditionalistes que ce soit au niveau technique (riwâya : analyse de l’authenticité des textes) qu’au niveau de la compréhension des textes (dirâya). Ils donnent crédit à certains principes mis en avant par les négateurs jahmites, et pensent qu’ils vont en contradiction avec les textes.

Dans cette catégorie, nous avons Abû Bakr ibn Fawrk (m. 406 h.), el Qâdhî Abî Ya’lâ (m. 458 h.), ibn ‘Aqîl (m. 513 h.), etc. Trois tendances se dégagent à l’intérieur de cette catégorie pour pallier aux textes, qui, du moins en apparence, semblent contradictoires, ne serait-ce que de leur point de vue (mushkil el hadîth) : il y a ceux qui ont recours au ta-wîl (l’interprétation figurée des textes), à l’instar d’ibn Fawrk ; ceux qui préfèrent laisser les textes comme ils sont sans chercher à les comprendre ; c’est le fameux tafwîdh prôné par el Qâdhî Abî Ya’lâ ; et enfin ceux qui jonglent entre le ta-wîl et le tafwîdh à l’exemple d’ibn ‘Aqîl.

Le problème, c’est qu’ils ne sont pas spécialistes en hadîth ; c’est ce qui les pousse à, sans s’en rendre compte, conjuguer entre les textes, avec des textes douteux, voire purement inventés. Leur faible dirâya des textes n’arrange pas les choses quand il s’agit d’expliquer certains termes, comme la « vision » d’Allah (ils ne font pas la différence entre la vision en rêve et la vision réelle, et s’appuient sur des textes faibles dans leur argumentation).

Les savants qui étaient plus versés dans le kalâm que dans les sciences religieuses

Certains savants sont versés dans les questions rationnelles qu’ils ont notamment empruntées aux jahmites. Ils sont même capables de leur associer leur voix dans certains fondements erronés. Ils ont conscience que leurs « mentors » s’inscrivent à contre-courant des traditionalistes dans les domaines notoires du crédo (le caractère incréé du Coran, la vision d’Allah, etc.). Tout le monde sait (même dans les milieux non savants) que le Coran est la Parole incréée d’Allah, et qu’on pourra le voir dans l’autre monde.

Néanmoins, ces savants en question se sont essayés à conjuguer entre le crédo notoire des traditionalistes et les fondements rationnels empruntés aux jahmites et pour lesquels ils vouent une confiance aveugle. Leur faible bagage en dirâya les ont engouffrés dans une voie intermédiaire qui s’est fait assaillir de part et d'autre ; chacun mettant en avant ses contradictions.

Cette tendance est celle d’Abû el Hasan et des grands leaders ash’arîtes à l’image d’Abû Bakr el Baqallânî et d’Abû Ishâq el Isfarâyînî (m. 418 h.). Le premier homme de la secte reste celui qui a une plus grande connaissance du savoir de la première époque. Malgré cela, il est très évasif quand il s’agit de relater la tendance traditionaliste à laquelle il jure fidélité dans tous les points du crédo, et va jusqu’à souligner ce qui, à ses yeux, sont certaines de ses implications. Son bagage est très limité dans ce domaine.

En revanche, il est beaucoup plus à l’aise pour faire le récit des idées mu’tazilites qu’il connait sur le bout des doigts, et dans les moindres détails. Ce qui est intéressant avec cette catégorie de savants, c’est qu’ils mettent à nue les contradictions, mais aussi les erreurs de leurs contradicteurs mu’tazilites.

Les traditionalistes ; l’élite des musulmans à ses deux niveaux : riwâya/dirâya

Les traditionalistes spécialistes en hadîth et annales des nobles ancêtres (Compagnons et premiers successeurs) n’ont pas été emportés par la vague du kalâm, et ont su préserver le crédo orthodoxe. Ils doivent leur salut à deux facteurs essentiels :

Ils gardent à l’esprit le principe de **** que toute hérésie s’écarte inévitablement de la voie du Prophète (r), et mène, par voie de fait, à l’égarement. Peu importe qu’ils aient ou non une connaissance approfondie de cette hérésie, l’essentiel est de s’en tenir à ce principe. La plupart des traditionnalistes répondent à ce signalement.

L’élite ne se ************ pas de ce principe, mais, en plus de cela, ils vont chercher en profondeur les erreurs et les contradictions des dissidents de tout bord. Dans cette dernière catégorie, nous pouvons compter les grandes références de l’Islam et héritiers des prophètes, comme Mâlik, ‘Abd el ‘Azîz ibn el Mâjishûn, Hammâd ibn Zaïd, Hammâd ibn Salama, Sufiân ibn ‘Uaïyna, ibn el Mubârak, Wakî’ ibn el Jarrâh, ‘Abd Allah ibn Idrîs, ‘Abd e-Rahmân ibn Mahdî, Mu’âdh ibn Mu’âdh, Yazîd ibn Hârûn el Wâsitî, Yahyâ ibn Sa’îd el Qattân, Sa’îd ibn ‘Âmir, Shâfi’î, Ahmed ibn Hanbal, Ishâq ibn Ibrâhim [ibn Râhawaïh], Abû ‘Abd e-Rahmân el Qâsim ibn Sallâm, Mohammed ibn Ismâ’îl el Bukhârî, Muslim ibn Hajjâj e-Nîsâbûrî, les deux Dârimî (Abû Mohammed ‘Abd Allah ibn ‘Abd e-Rahmân, et ‘Uthmân ibn Sa’îd), les deux Râzî (Abû Hâtim et Abû Zur’a), Abû Dâwûd e-Sijistânî, Abû Bakr el Athram, Harb el Karmânî, etc.[1]

Ainsi, plus on se rapproche de la lumière de la prophétie et plus on est à l’abri de l’erreur et des contradictions dans la connaissance du Seigneur, la « théologie » ; peu importe qu’on ait une approche rationnelle du sujet ou bien textuelle ; ces deux voies, quand elles sont saines, mènent à la vérité absolue.[2]

Sheïkh el Islâm explique que les anciens connaissaient mieux la vérité que quiconque, les arguments qui l’établissaient, et les réponses aux objections soulevées, bien qu’ils n’étaient pas tous au même niveau. Cela ne veut pas dire, en effet, que chacun d’entre eux, était capable de réunir toutes ces qualités ; elles étaient plutôt réparties entre eux. Nous retrouvons ces particularités, par exemple, dans la narration du hadîth et les autres matières de la religion.[3]

Les traditionnistes purs

L’Érudit ibn Batta el ‘Ukburî le grand défenseur de la sunna, était, aux yeux d’ibn Taïmiya, dans la lignée des traditionnistes purs (muhaddîthîn el mahdh). Il le range aux côtés d’autres grands compilateurs de hadîth, comme el Ajjûrî, l’auteur du fameux sharî’a, et e-Lâlakâî avec son sharh usûl e-sunna, el Khallâl dans une certaine mesure, et les traditionnistes des générations plus récentes, comme Abû Mohammed [ibn Qudâma].[4]

suivre…





[1] Darr e-ta’ârudh (7/32-37).

[2] Darr e-ta’ârudh (6/248).

[3] Darr e-ta’ârudh (7/172).

[4] Majmû’ el fatâwâ (6/52-53).








La hiérarchie des savants
(Partie 2)


Nous devons donner foi à tous les enseignements venant d’Allah, et accepter la vérité dans son ensemble, sans faire preuve de passion ni parler sans savoir ; notre approche est scientifique et objective, conformément au Coran et à la sunna. Quand on s’accroche qu’en partie à la vérité, on suscite la divergence et la désunion. [Ibn Taïmiya dans Majmû’ el fatâwâ (4/450).]

Qu’entend-il par « traditionnistes purs » ?

Il nous donne probablement la réponse ailleurs, voire des indices (ne serait-ce qu’en termes de riwâyâ/dirâya), en expliquant, que la connaissance du crédo s’inspire de la somme des preuves textuelles et rationnelles. Les textes scipturaires de l’Islam sont certes à la **** de cette connaissance, mais ils ne suffisent pas toujours. C'est pourquoi nombreux sont ceux qui se méprennent sur ce point, parmi les tendances de tout bord (scolastiques, traditionnistes, légistes, soufis, etc.). Ils pensent que le Coran et la sunna ne renferment pas les éléments rationnels à même de déchiffrer le crédo.

D’un côté, les scolastiques cherchent à découvrir le Théo en s’appuyant uniquement sur la Raison (le dalîl el a’râdh wa hudûth el ajsâm), aux dépens des textes.

D’un autre côté, nous avons certains traditionnistes qui ont conscience de l’hérésie des premiers débouchant sur des croyances erronées à la **** de la tendance jahmite ; le Coran serait créé, il ne serait pas possible, même dans l’autre monde de voir le Très-Haut, et, qui plus est, ne serait pas sur Son Trône. En réaction à celle-ci, ils composèrent des ouvrages sur la nécessité de s’attacher au Livre d’Allah, au hadîth, et aux paroles des anciens. Dans l’ensemble, ils n’ont pas tort, bien qu’ils ne sont pas à l’abri de s’appuyer sur des annales faibles, ou tout simplement au mauvais endroit.

En outre, à leurs yeux, le Coran incarne la Révélation à laquelle on doit donner foi, mais, ils occultent, en parallèle, toutes les preuves rationnelles qui démontrent l’existence et l’unicité d’Allah, la prophétie, et l’eschatologie (le sort ultime de l’homme dans l’au-delà). Leurs ouvrages (usûl e-sunna, e-sharî’a, etc.) doivent leur titre à cette approche. Il ne sert à rien, selon celle-ci, de vouloir prouver la prophétie de Mohammed (r), car établie depuis longtemps. Bien sûr, les mutakallimîn ont vu ces attaques du mauvais œil, et, avec dédain, ont taxé leurs détracteurs d’incultes, incapables de démontrer par la raison, la véracité du dernier message prophétique. Les premiers n’en ont pas démordu pour autant, en vouant les réfractaires au crédo officiel à l’innovation, voire carrément au bannissement total de la religion.

Les deux tendances opposées sont blâmables, étant donné que chacune occulte l’un des deux procédés (rationnel et textuel) mettant en lumière les fondements de la religion. Cette négligence commune leur a valu des dissensions terribles que le Coran avait prévenues : [Ils oublièrent alors une partie du rappel, et Nous attisâmes entre eux la haine et l’animosité jusqu’au Jour de la résurrection].

Il existe un troisième groupe qui, déçu par la négligence scientifique des premiers et de l’hérésie des seconds, opta pour une troisième voie ; ces adeptes prirent pour aversion tout étudiant en quête d’émancipation du suivisme aveugle…[1]

La dirâya est plus valorisante que la riwâya

D’après el Bukhârî et Muslim, selon Abû Mûsâ (t), le Messager d’Allah (r) a dit : « Allah m’a envoyé aux hommes porteurs d’un message qui renferme le chemin droit et le savoir, et dont voici la parabole. Il est comme une terre arrosée par une pluie abondante, et qui se divisait en parties : une partie fertile qui donna du pâturage et de l’herbe en abondance. Une partie aride qui retint l’eau que les hommes pouvaient exploiter, grâce à Dieu, pour eux-mêmes, leurs bétails et leurs champs. Une partie lézardée qui ni ne retenait l’eau ni ne donnait de culture. La première est l’exemple d’un homme qui s’instruit de la religion d’Allah, et qui profite du message qu’Allah m’a ordonné de transmettre ; il l’a appris et l’a transmis à son tour. La dernière partie est l’exemple de celui qui ne veut pas en profiter et qui refuse la bonne voie qu’Allah m’a ordonné de transmettre aux hommes. »[2]

Selon ibn Mas’ûd (t), le Messager d’Allah (r) a dit : « Qu’Allah fasse resplendir le visage de l’individu qui a compris mes propos après les avoir entendus et mémorisés avant de les transmettre ! Il se peut qu’un porteur d’un savoir ne soit pas savant, ou bien qu’il le transmette à quelqu’un de plus savant que lui… »[3] Il est rapporté également par Ahmed, Abû Dâwûd, et e-Tirmidhî, selon Zaïd ibn Thâbit (t).[4]

Ailleurs, il enjoint : « Transmettez ce message aux absents, qui peuvent très bien mieux le comprendre sans l’avoir entendu directement. »[5]

Ibn Taïmiya explique qu’ibn ‘Abbâs (t) avait entendu une vingtaine de hadîth tout au plus de la bouche du Prophète (r), bien qu’il était à l’écoute des autres Compagnons. Cela ne l’empêcha pas d’illuminer la terre de ses joyaux intarissables et de ses perles rares. Il était une mer sans rivage et tira du Coran des enseignements qui perdurèrent de siècle en siècle et qui ne s’éteindront jamais.

Pourtant, Abû Huraïra (t), son contemporain, avait enregistré bien plus de propos prophétiques que lui. Il en était même le plus grand rapporteur dans l’absolu. Sa mémoire était méticuleuse et infaillible ; il entretint ce « don » pour en faire profiter les autres au maximum. Il leur diffusa son savoir à la lettre prêt. La mission du premier, le cousin du meilleur des hommes, était de le récupérer et d’en véhiculer la compréhension.[6]

Les porteurs du hadîth (riwâyâ/dirâya) se transmirent cet héritage de génération en génération ; chacun ayant son ascendant.

Ahmed ibn Hanbal nous fait la confession : « Je préfère mieux connaitre (en matière d’authenticité ndt.) et comprendre le hadîth que de le mémoriser. » ‘Alî ibn el Madînî disait pour sa part : « Comprendre l’énoncé des hadîth et connaitre la situation des rapporteurs est la plus noble des sciences. »

Par ailleurs, ce même ibn el Madînî, était, avec Yahyâ ibn Ma’în plus versés en matière d’authenticité du hadîth que de grands érudits à l’image d’Abû ‘Ubaïd el Qâsim ibn e-Sallâm et Abû Thawr ; ces derniers, à leur tour, en avaient une meilleure compréhension. Ahmed avait un pied des deux côtés, et fut accepté par tous. Shâfi’î, pour ne citer que lui, avouait que l’Imâm était plus versé que lui dans la science des rapporteurs.[7] Cette reconnaissance était réciproque. Ahmed, en effet, ne tarissait pas d’éloges sur lui et lui reconnaissait son érudition en matière de fiqh.[8]

Ishâq ibn Râhawaïh : « Allah n’a pas honte de la vérité, Abû ‘Ubaïd [ibn sallâm] est plus savant que moi, qu’ibn Hanbal et que Shâfi’î. »[9]

Ahmed ibn Hanbal lui-même disait : « Ishâq ibn Râhawaïh est le plus grand savant de l’autre côté du pont du Khurâsân, bien qu’il divergeait avec nous sur certains points. La divergence d’opinions a toujours existé. »[10]

Muslim était plus à l’aise en hadîth qu’Abû Dâwûd qui, lui, était plus à l’aise en fiqh. Quant à el Bukhârî, il avait un pied des deux côtés, et ainsi de suite.[11]

Il faut prendre le terme « fiqh » ici dans son acception générale (la compréhension) dans le sens où il inclut également la ‘aqîda (croyance).[12]

Ainsi, nous pouvons diviser ahl el hadîth en trois degrés :

ceux qui se ************nt de le transmettre (riwâya).
Ceux qui connaissent son degré d’authenticité (dirâya).
Ceux qui déchiffrent ses sens et le comprennent (fiqh).[13]

Ibn Qutaïba, un grand spécialiste de la dirâya au même titre que Dârimî, se plaint des traditionnistes dont l’attention est plus portée sur la chaine narrative que la compréhension du hadîth en lui-même.[14]

Exemple de dirâya chez l’Imâm Ahmed

Selon Ishâq ibn ‘Îsâ el Bazzâr : « Un homme de Sûr nous rendit visite, un adepte du kalâm connu sous le nom de Sûrî. Son apparence nous plut, et son élégance nous faisait penser à un moine… Il nous disait des paroles du genre : la foi est créée, l’aumône est créée, le pèlerinage est créé, etc.

Nous ne savions pas comment lui répondre, alors nous nous rendîmes chez ‘Abd el Wahhâb el Warrâq et lui racontâmes l’évènement, mais nous eûmes pour toute réponse : « Je ne sais pas de quoi il parle, mais rendez-vous plutôt chez Abû ‘Abd Allah Ahmed ibn Hanbal, le grand érudit en la matière. »

Nous nous exécutions et, une fois chez Abû ‘Abd Allah, nous lui racontions la même chose qu’à ‘Abd el Wahhâb, et la réponse ne se fit pas attendre : « Ces questions, qui s’élèvent au nombre de soixante-dix, viennent de Jahm ibn Safwân. Retournez chez vous et chassez-en cet homme. » »[15]

Explication du disciple fidèle ibn el Qaïyim

Ibn el Qaïyim divise les savants en deux catégories ; ceux qui mémorisent, qui recensent et qui compilent le hadîth avec une extrême rigueur, mais sans y extraire des règles et des lois. Les autres, en plus de les mémoriser, réfléchissent sur les textes et y puisent leurs trésors. Parmi la première, nous comptons Abû Zur’a, Abû Hâtim, ibn Dâra, Bindar Mohammed ibn Bashshâr, ‘amr e-Nâqid, ‘Abd e-Razzâq, Mohammed ibn Ja’far ghundar, Sa’îd ibn Abî ‘Urûba, etc.

Dans l’autre, nous trouvons Mâlik, Shâfi’î, el Awzâ’î, Ishâq, Ahmed, el Bukhârî, Abû Dâwûd, Mohammed ibn Nasr el Marwazî, etc.

Juste avant, il ramène, sur les traces de son maitre, la même différence entre ibn ‘Abbâs et Abû Huraïra avant de conclure : « Ces deux catégories sont les plus heureuses avec les enseignements que le Très-Haut a révélés à Son Messager (r) ; enseignements qu’ils ont accepté le cœur ouvert et mis en valeur. La troisième catégorie regroupe les plus malheureux des hommes qui ne les ont ni acceptés ni mis en valeur. Ils n’ont ni mémoire ni compréhension : ils n’ont ni riwâya ni dirâya ni ri’âya (entretenir, cultiver, donner soin ndt.).

La première associe riwâya et dirâya,

La deuxième associe riwâya et ri’âya ; elle a certes une certaine dirâya, mais elle penche plus pour la riwâya.

La dernière compte les malheureux qui n’ont ni riwâya ni dirâya ni ri’âya : (Ils ne valent pas mieux que du bétail, pire ils sont encore plus égarés)[16]… » [17]

Qu’entend-il par riwâya, dirâya, et ri’âya ?

Il nous en donne la réponse dans un autre ouvrage : « [C’est Toi que nous adorons et c’est Ton aide que nous recherchons][18] ; Ce Verset renferme notamment le degré de ri’âya que nous pouvons dépeindre dans les traits suivants :

L’intérêt du savoir, et sa préservation qui se traduit dans les actes.
L’intérêt des actes en faisant fructifier l’excellence et la sincérité exclusive, et sa préservation en s’éloignant de tout ce qui les remet en question.
L’intérêt de la situation en se conformant au Coran et à la sunna, et sa préservation en évitant toute division.

La ri’âya se confine ainsi dans la protection et la préservation.

Le savoir et les actes ont, pour leur part, trois degrés :

La riwâya qui se ************ de rapporter le savoir
La dirâya qui réclame de le déchiffrer et de le comprendre
La ri’âya qui est la mise en pratique et les implications du savoir.

Les rapporteurs s’occupent de la riwâya, les savants de la dirâya, et les « initiés » de la ri’âya. »[19]

L’auteur de manâzil e-sâilîn lui-même penchant paradoxalement plus vers la ri’âya que la dirâya. Il était renommé pour être le grand pourfendeur de l’innovation. En témoigne l’une de ses célèbres citations : « Je fus exposé à l’épée à cinq reprises. On ne me demandait pas à chaque fois d’abandonner ma tendance, mais simplement de me taire sur mes adversaires. »[20] Il consacra un ouvrage dans lequel il condamna le kalâm. Pourtant, lui-même n’en fut pas épargné, ce qui trahit un certain manque de dirâya. Ibn el Qaïyim explique à son sujet : « Ami de Sheïkh el Islâm el Harawî [Abû el Ismâ’îl el Ansârî], mais encore plus de la vérité. Sheïkh el Islâm ibn Taïmiya disait à juste titre à son sujet qu’il est plus zélé au niveau des actes que dans le savoir. Il est indéniable que son penchant à faire la morale et à combattre les innovateurs orne sa biographie. Sa défense de la religion est de notoriété publique. Néanmoins, Allah n’a décrété l’infaillibilité à personne en dehors du meilleur des hommes, qui ne parle pas sous l’effet des passions. Le fait est que l’auteur s’est trompé tant sur la forme que sur le fond.»[21]

Wa Allah a’lam !







[1] Majmû’ el fatâwâ (19/159-163).

[2] Rapporté par el Bukhârî (79), et Muslim (2282).

[3] Rapporté par Shâfi’î dans son musnad (1190), el Baïhaqî dans e-dalâil (1/23), e-Tirmidhî (2658), selon ibn Mas’ûd (t) ; il est rapporté par Ahmed (21590), ibn Mâja (230), et Dârimî (229), selon Zaïd ibn Thâbit (t).

[4] Rapporté par Abû Dâwûd (3660), et e-Tirmidhî (2656), mais il se trouve pas chez Ahmed.

[5] Rapporté par el Bukhârî (1741) et Muslim (1679), selon Abû Bakra (t).

[6] Majmû’ el fatâwâ (4/93-94).

[7] Muqaddima el jarh wa e-ta’dîl d’ibn Abî Hâtim (p. 203).

[8] Siar a’lâm e-nubalâ (10/58).

[9] Siar a’lâm e-nubalâ (10/500).

[10] Siar a’lâm e-nubalâ (11/371).

[11] Minhâj e-sunna (7/428-429).

[12] Majmû’ el fatâwâ (12/81).

[13] Majmû’ el fatâwâ (1/10).

[14] Ta-wîl mukhtalaf el hadîth (p. 77).

[15] E-sunna d’el Khallâl (5/93).

[16] El Furqân ; 44

[17] El wâbil e-saïb (1/83).

[18] L’ouverture ; 5

[19] Madârij e-sâlikîn (2/61).

[20] Voir : siar a’lam e-nubalâ d’e-Dhahabî (18/509).

[21] madârij e-sâlikîn 3/394


0 الافعال في الصينية
0 أمثال وحكم وعبارات ومصطلحات من اللغتين الألمانية والعربية "7"
0 فيديو: مشجعو دورتموند يقتحمون ملعب بايرن ويغيرون لونه للأصفر
0 أجمل أزياء الهوت كوتور Haute Couture لخريف وشتاء 2013-2014
0 وأخيييرا لقيتهم! شخصيات فايسبوك
0 افتحولي اكزخانة ياناااس انا اتخرجتتت
0 رتب الاعضاء
0 الشباب لما يستهبلون
0 انتم بعتم دينكم ونحن اشتريناه..!
0 7 أمور يحب زوجك سماعها في السرير(للمتزوجات فقط)
0 فيديو مُهدى الى ديامس التي اسلمت حديثا
0 المغربي الأعجوبة صلاح في إيطاليا: لا يفوتك!
0 صور تهنئة
0 شباب فلسطيني يعقد "جلسة للأمم المتحدة" في غزة بدون الكيان الصهيوني
0 الدوري المصري يعود في ديسمبر واتجاه لإقامته بنظام المجموعتين
التوقيع
اضغط هنا لتكبير الصوره
اضغط هنا لتكبير الصوره
«يا أيها الناس إنا خلقناكم من ذكر و أنثى و جعلناكم شعوبا و قبائل لتعارفوا إن أكرمكم عند الله أتقاكم»
اضغط هنا لتكبير الصوره
اضغط هنا لتكبير الصوره

التعديل الأخير تم بواسطة د/روليان غالي ; 07-27-2013 الساعة 12:40 AM
د/روليان غالي غير متواجد حالياً   رد مع اقتباس
إضافة رد

أدوات الموضوع

تعليمات المشاركة
لا تستطيع إضافة مواضيع جديدة
لا تستطيع الرد على المواضيع
لا تستطيع إرفاق ملفات
لا تستطيع تعديل مشاركاتك

BB code is متاحة
كود [IMG] متاحة
كود HTML معطلة
Trackbacks are متاحة
Pingbacks are متاحة
Refbacks are متاحة


المواضيع المتشابهه
الموضوع كاتب الموضوع المنتدى مشاركات آخر مشاركة
صفات العلماء المعتبرين وصفات الرؤوس الجّهال د/روليان غالي المنتدي الاسلامي (الشريعة و الحياة) 6 05-04-2014 07:27 PM
Les attributs du mois de ramadan, مواضيع حول رمضان باللغة الفرنسية أبو عبد المجيد الجزائري منتدي اللغات الأجنبية 5 08-04-2013 05:41 PM
La condamnation publique du gouverneur د/روليان غالي منتدي اللغات الأجنبية 7 07-28-2013 08:33 AM
سيل الحب مبروك الالفيه العاشره $$$ الحب الخالد $$$ منتدي أخبار الأعضاء والمشرفين (أستراحة الأعضاء) 11 02-01-2012 02:58 AM
تكريم الفائزين بمسابقة حصاد 2011 لقسم اخبار الفن برنسس ياسمين منتدي أخبار الأعضاء والمشرفين (أستراحة الأعضاء) 4 01-19-2012 07:44 PM


الساعة الآن 04:18 AM.


Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
المقالات أو المشاركات أو الآراء المنشورة في شبكة منتديات برق بأسماء أصحابها أو بأسماء مستعارة لا تمثل بالضرورة الرأي الرسمي لشبكة برق بل تمثل وجهة نظر كاتبها.